2. Mélange naturel des espèces et mélange naturel des races. (fr)

By

English version

Dans la nature, les espèces, ou sous-espèces (races) ne se mélangent pas, si elles ont le choix; du fait de leur différences génétiques, mais aussi de leur mode de vie (social/solitaire, périodes de reproduction différentes, etc.), et de leur appartenance géographique.

Nous utiliserons ici l’exemple des faucons. Il vit en effet en Europe de nombreuses espèces et/ou races (voir plus bas le débat race/espèce) de faucon (genre falco).
Le crécerelle, le crécerellette, le faucon d’Eléonore, éventuellement le faucon de Barbarie, l’émerillon, le gerfaut, l’hobereau, le kobez, le lanier, le pèlerin, et le sacre.

http://www.oiseaux.net/oiseaux/falconides.html

Tous ces faucons vivent en Europe, dans la même zone géographique, et pourtant, dans la nature, ils ne se mélangent pas. Les seules hybridations entre falconidés ont comme origine la main de l’homme, qui mélange les races pour la domestication et leur utilisation artificielle en fauconnerie. D’autres caractéristiques, étrangères à la nature, sont alors recherchées, et la domestication est sans doute d’autant plus facile que le faucon hybride possède des instincts en contradiction avec ses capacités réelles, ce qui rend sa vie dans la nature difficile.
Citons par exemple le très fréquent et ancien hybride Gerfaut x Sacre, mais encore Gerfaut x pèlerin ou l’Emerillon x pèlerin, aux produits fertiles.

Advertisements